Le monde de la géobiologie

tenseurLa géobiologie, c’est quoi ?

Par définition, la géobiologie est l’étude de l’influence de l’environnement sur le vivant.

La géobiologie de l’habitat correspond à une approche de l’habitat comme une entité vivante, elle consiste à en étudier les interactions avec les habitants, physiques comme subtiles.

La géobiologie du lieu est l’étude des phénomènes naturels ou transformés par l’homme, et leurs influences sur le vivant, en l’occurrence les hommes.

La géobiologie de la nature représente l’étude de tout phénomène naturel sur le vivant.

L’habitat : notre lieu de vie est notre troisième peau !

Les Anciens savaient bâtir en cohérence avec l’environnement. Aujourd’hui les maisons poussent sur des terrains complètement inappropriés, ne serait-ce que par une analyse logique.

Il s’agit à travers les outils que propose la géobiologie d’habiter en conscience. Notre habitat est le reflet de notre intérieur. La Quête de Soi raisonne fortement avec la quête d’un habitat sain.

Les phénomènes étudiés sont d’ordre physiques et subtils.

C’est primordial de prendre en compte l’habitat dans notre bien-être. C’est là que se rassemble la famille, que l’on se repose, que le corps est censé se ressourcer.

Hors de chez soi, le corps est en perpétuelle défense. Le problème est posé quand le corps continue à se défendre chez soi, qu’il continue à puiser le l’énergie dans ses réserves plutôt que de les recharger.

L’harmonisation d’un habitat consiste à prendre en compte :

    – étude énergétique : harmonisation du lieu de vie, libération des mémoires, des présences, objets chargés…

    – étude tellurique du lieu : réseaux, failles, eau souterraine, cheminées cosmo-telluriques, réseaux magnétiques…

    – étude électromagnétique : réseau domestique, téléphones sans fil, wifi, antennes relais, lignes HT et THT…

    – qualité de l’air intérieur : radon, C.O.V, formaldéhydes : conseils sur les matériaux utilisés

 

J’ai la particularité de travailler avec « l’esprit du lieu », qui est l’énergie de la maison condensée en un endroit. Cette énergie est en quelque sorte « l’âme » du lieu, elle se  détecte facilement. Je propose toujours aux occupants de la ressentir avec les mains, c’est un moment toujours émouvant.

Elle est intelligente, nous avons la possibilité de communiquer avec elle. Il s’agit de prendre conscience que nous habitons des lieux vivants et de prendre soin de cette vie.

 

Les mémoires

Ce sont à mon avis les perturbations les plus importantes pour le vivant dans les lieux habités depuis longtemps, avec les présences.

Chaque événement ancien, chaque histoire vécue dans le lieu laisse une trace que l’on appelle mémoire qui s’inscrit dans la matière.

Les habitants qui se succèdent sont alors confrontés et gênés par ces mémoires, surtout quand elles sont négatives dues à des histoires dramatiques.

Il s’agit alors, en accord avec le lieu et les personnes d’effectuer une libération de ces mémoires.

Je travaille à ce niveau en détection sensible et en utilisant mes capacités de médium.

 

Les présences

Je ressens régulièrement des entités humaines décédées qui restent errantes dans un monde vibratoire intermédiaire pour différentes raisons.

Elles peuvent « avoir fait le choix de rester », trop attachées au monde matériel ou aux proches restants sur terre. Elles peuvent aussi ne pas se rendre compte qu’elles sont décédées, suite à une mort trop brutale, non attendue. D’autres raisons sont possibles, c’est du cas par cas.

Il s’agit de communiquer avec elles afin qu‘elles comprennent qu’elles ont quitté leur corps physique, que leur vie se situe maintenant sur un autre plan, et de demander à ce qu‘elles puissent monter. Elles sont souvent en souffrance et demandent de l’aide. Ce sont elles qui « hantent » certains lieux.

 

Les formes

Certaines géométries peuvent être très perturbantes pour le vivant par l’émission de l’onde de forme qu’elles émettent.

Ces ondes peuvent venir du relief d’un bâtiment, d’un meuble, etc. ou être dues à la charge de certains objets. 

La géométrie de ce qui nous entoure est très importante. On peut facilement ressentir l’agression du champ vital par cette géométrie en se connectant sur notre ressenti.

Une étude sensible permet de mettre ce phénomène en évidence.

La charge d’un objet rejoint l’article précédent sur les mémoires : un objet chargé d’histoires négatives émet une onde de forme agressive pour le vivant.

On peut remédier à cette gêne de l’onde émise soit par la modification physique de l’objet, soit pas la correction de l’onde elle-même.

 

Étude géobiologique de terrains

 

Terrains a bâtir

Il s’agit d’implanter une habitation en fonction des influences telluriques présentes sur le terrain et des influences technologiques.

Il est tellement plus simple de prévenir que de guérir ! Une étude de terrain peu couteuse permet de prendre en compte dès l’implantation de la maison ou d’un autre batiment les phénomènes perturbants pour le vivant. 

Elle consiste à prendre en compte :

    – étude tellurique du lieu : réseaux, failles, eau souterraine, cheminées cosmo-telluriques, réseaux magnétiques…

    – étude électromagnétique : wifi, antennes relais, lignes HT et THT…

    – étude énergétique : harmonisation du lieu de vie, libération des mémoires…

Je demande à l’architecte de travailler en collaboration et de venir sur le terrain le jour de la détection pour corriger si besoin en direct les plans d’implantation.

 

Vergers, implantation diverses

Je communique avec les êtres qui font partie du monde de l’invisible. Ils régissent  le monde du vivant et sont ouvert à toute discussion avec le monde des humains.

    – étude tellurique du lieu : réseaux, failles, eau souterraine, cheminées cosmo-telluriques, réseaux magnétiques…

    – étude énergétique : harmonisation du lieu, dialogue avec les élémentaux

 

Les animaux 

Les animaux forts sensibles aux phénomènes telluriques et électromagnétiques ont besoin de vivre dans un environnement sain.

Un animal en liberté évite naturellement les zones géopathogènes. Il est donc important de faire attention à la place d’un box, d’un chenil, d’une stabulation parcque l’on impose à l’animal son espace de vie.

Les chats voient très bien les phénomènes subtils tels que les présences, et on une capacité à transformer l’énergie tellurique. Ils aiment se reposer sur des zones qui sont négatives pour nous.

L’étude est analogue à celle d’une habitation. Il s’agit de déterminer une zone neutre pour que les bêtes s’y sentent bien.

 

Étude géobiologique d’un poste de travail

L’étude d’un poste de travail prend son importance quand la durée de stationnement est longue : bureau, poste machine…

L’approche est la même que celle pour l’habitation.

La différence est que l’étude électromagnétique est plus poussée vu l’appareillage informatique et la téléphonie utilisés dans les bureaux.

 

Les phénomènes géobiologiques 

Il y a les phénomènes telluriques et cosmo-telluriques qui sont liés à la vie de la terre : cheminée cosmo-telluriques, réseaux métalliques, réseaux sacrés, vortex…

 

Les cheminées cosmo-telluriques

La terre est en permanence en relation avec le cosmique par l’intermédiaire des cheminées cosmo-telluriques.

Elles sont vivantes, possèdent une intelligence : il est possible de communiquer avec elles.

Elle respirent suivant un cycle qui comprend une phase ascendante, un temps de repos, une phase descendante, un temps de repos, etc. sur une durée de quelques minutes.

Qu’elles soient positives ou négatives, leur taux vibratoire est trop dérangeant dans une habitation.

Leur venue peut être naturelle ou être due à une perturbation énergétique qui attirent les négatives.

Il s’agit de trouver et corriger cette perturbation et d’inviter la  cheminée cosmo-tellurique d’aller se positionner à un autre endroit hors de la maison.

 

Les failles et courants d’eau souterrains

Votre lit est-il à la bonne place ?

Les failles sèches ou humides ainsi que les courants d’eau souterrains sont une problématique pour le vivant qui stationne de façon prolongé à leur aplomb. 

Il y est mesuré scientifiquement une variation du champ magnétique terrestre, du rayon gamma et de l’infra rouge, perturbant ainsi l’équilibre du vivant.

Les pommiers sont un bon exemple car dans le cas où ils poussent à l’aplomb d’un courant d’eau, l’arbre s’écarte de la nocivité pour que ses fruits se développent en zone neutre. C’est ce que l’on appelle le galvano-tactisme.

On peut prendre aussi l’exemple des chiens qui sont incapables de dormir sur un courant d’eau car trop perturbés par celui-ci. Il est primordial lors de l’installation d’une niche ou d’un chenil de vérifier si la zone n’est pas perturbée.

Pour un habitat, il s’agit de vérifier que les zones de repos sont à l’écart de ces perturbations. Il sera recommandé de déplacer le lit ou le canapé en zone neutre, ou de travailler sur l’information de la nocivité si il n’y a pas d’autre solution.

Pour un terrain à bâtir, il suffira de détecter les zones géo-pathogènes afin de les prendre en compte lors de l’implantation de la maison.

 

Les réseaux magnétiques

Le globe terrestre est complètement quadrillé par les réseaux magnétiques. Ils sont maintenant assez bien connus. Ils ont été « redécouverts » au 20ème siècle par différentes personnalités comme Hartmann, Curry, Wissemann, Peyré, qui leur a donné leur nom.

On sait aujourd’hui que l’homme a su travailler ces réseaux intelligemment. Il y a plus de trois mille ans lors de la construction d’édifices, ils étaient déjà connus !

Ces réseaux sont polarisés et sont organisés avec des harmoniques que l’on appelle des fractales. Certains croisements, suivant les niveaux de fractales, posent problème pour la santé si on y stationne longtemps.

Avec une certaine sensibilité, on ressent immédiatement, sur un croisement important, l’effet de celui-ci.

 

La détection

La détection sensible

 

Lors d’une détection sensible, différents paramètres font la qualité de la détection. Ces paramètres sont humains.

Il s’agit d’être en totale confiance avec le ressenti, avec l’intuition que l’on a sur le moment. Je laisse complètement faire les choses, sans aucune retenue.

Quand je suis en détection, je suis dans l’instant présent. Rien d’autre n’existe dans ce moment là.

La convention avec l’outil de détection quand il y en a un est primordiale : est-ce que mon pendule va tourner à droite ou à gauche pour un OUI, est-ce que mes baguettes parallèles vont s’ouvrir ou se fermer quand je trouve ce que je détecte?

Plusieurs possibilités s’offrent au radiesthésiste dans la communication avec son outils. Notre corps est bien sur le premier outil du radiesthésiste. C’est lui qui parle. L’outil n’est qu’un amplificateur du ressenti, il nous permet d’obtenir une réponse à ce qu’il se passe en nous.

Avec de l’expérience on arrive très bien à détecter avec les différentes parties du corps comme par exemple les mains.

 

La mesure physique

On entend souvent parler qu’il faut, qu’il ne faut pas, que c’est dangereux, Qu’on se fait des idées…

La mesure avec un appareillage adapté permet de mettre en évidence les perturbations liées à la technologie.

Lors des études réalisées dans les habitations ou les bureaux, les gens sont souvent surpris par l’influence d’une simple lampe de chevet mal branchée ou d’un téléphone sans-fil intérieur (DECT).

L’information est complètement faussée sur le sujet. Malheureusement très peu de fabricants de téléphones DECT se sentent concernés par le problème alors que cet appareil émet les ondes électromagnétiques hyperfréquences les plus importantes dans les maisons.

Les géobiologues proposent des recommandations basées sur les études sérieuses de nos voisins parce que les normes françaises, quand il y en a, sont complètement hors réalité. Il est temps d’éveiller les consciences !

La géobiologie du lieu

 

Les Anciens ont dressé des menhirs, dolmens, cromlechs, fontaines bien avant Jésus-Christ.

Il est aujourd’hui évident qu’ils savaient utiliser les énergies des lieux dues aux échanges cosmo-telluriques à des fins d’élévation. Il y avait des édifices de culte, de rituels, de croyance, d’échange d’énergie… C’était un savoir répandu et utilisé dans de nombreuses contrées. Dans son évolution, l’homme a ensuite utilisé ces endroits pour y dresser églises, cathédrales, abbatiales, lieux de prière…

 

On retrouve très distinctement sur de nombreux sites des traces d’anciens cultes. Dans la suite de l’histoire, l’homme en quête de pouvoir a donné une fin à ce savoir entre le 11ème et le 13ème siècle en détruisant de nombreux édifices et/ou en en « christianisant » d’autres.

Les générations se succédant, le Savoir s’est perdu au fil du temps pour laisser place à une organisation autour de la peur et de la culpabilité, bien loin de l’origine de ces édifices qui étaient prévus pour que l’homme s’élève.

Avec la montée en vibration de notre planète, l’homme se remet en quête d’absolu, comprenant bien qu’il y a «autre chose». C’est ce qu’il est en train de se passer depuis plusieurs décennies et qui est clairement en train de s’accélérer en ce moment. Nous sommes dans une période dans laquelle le spirituel s’ancre dans la matière.

 

Dans la géobiologie du lieu, l’homme a su tirer partie de ces phénomènes pour batir des hauts lieux énergétiques, alors que dans la géobiologie de l’habitat ces phénomènes sont souvent des problématiques pour le vivant.

 

Il y a aussi  les vivants du monde de l’invisible : les élémentaux, déva, esprits de la nature….à suivre